Lundi : Faire face à la solitude dans votre ville

Face à la solitude dans votre ville

Jean 16.32 : Voici, l’heure vient, et elle est déjà venue, où vous serez dispersés chacun de son côté, et où vous me laisserez seul ; mais je ne suis pas seul, car le Père est avec moi.

Introduction

La solitude dans les villes est un problème croissant dans le monde entier. Avec la tendance à l’urbanisation et les changements dans la dynamique familiale, de nombreuses personnes ressentent un profond sentiment de solitude. Au cours des dernières décennies, la population urbaine a explosé. En 2020, selon les Nations unies, plus de 55 % de la population mondiale vivra dans les villes, et cette tendance devrait se poursuivre. Paradoxalement, malgré la densité de population dans les villes, une grande partie de la population souffre de solitude. Une enquête de la Croix-Rouge américaine a révélé que plus de 20 % des adultes aux États-Unis se sentent souvent ou toujours seuls.

La solitude n’est pas uniformément répartie et touche plus profondément certains groupes. Les personnes âgées, les nouveaux arrivants en ville à la recherche d’opportunités, les drogués du travail et les personnes ayant un emploi exigeant sont souvent les plus touchés par cette solitude. La solitude n’est pas seulement un isolement physique ; c’est aussi le sentiment d’être déconnecté et isolé des autres, ce qui peut entraîner des problèmes graves comme la dépression, l’anxiété et une faible estime de soi.

Développement

  1. Le problème de la solitude

La solitude est une chose que nous avons tous connue un jour ou l’autre, n’est-ce pas ? Il s’agit de ce sentiment d’affaissement dans l’estomac lorsque quelqu’un qui vous est cher est loin ou lorsque vous pensez que personne ne se soucie de vous. Mais il est essentiel de comprendre qu’être seul n’est pas la même chose que se sentir seul. Parfois, il est tout à fait normal d’être seul. Jésus lui-même se retirait dans des endroits calmes pour prier ou passer du temps avec ses amis (Matthieu 14.13; Marc 1.35; 6.31). Certaines personnes passent beaucoup de temps seules mais ne se sentent pas seules. Par exemple, un scientifique plongé dans ses recherches ou un artiste en train de créer un chef-d’œuvre peuvent être seuls sans se sentir seuls.

La solitude est plutôt un état physique, comme lorsque vous choisissez d’être seul pendant un certain temps. Mais le sentiment de solitude est émotionnel ; c’est lorsque vous vous sentez déconnecté, isolé ou en manque de liens significatifs avec quelqu’un d’autre. Parfois, la solitude peut être bénéfique, par exemple lorsque vous avez besoin de réfléchir ou de prier en silence.

La solitude, quant à elle, est généralement mal vécue. Elle peut faire suite à des événements tristes comme la perte d’un être cher, un divorce, une maladie grave ou des problèmes comme le chômage. Nous pouvons tous connaître la solitude à un moment ou à un autre de notre vie, car nous avons tous besoin de relations avec d’autres personnes, et il arrive que ces relations se détériorent ou échouent. Lorsque nous nous sentons seuls après une expérience douloureuse, c’est à ce moment-là que nous avons vraiment besoin du soutien de quelqu’un en qui nous pouvons avoir confiance.

  1. Le remède à la solitude

La question de la solitude est abordée à plusieurs reprises dans la Bible. Saviez-vous que le mot « seul » apparaît environ 118 fois dans la Bible, mais qu’il signifie rarement « se sentir seul » ? Autre fait intéressant : le mot « solitude » n’a eu son sens actuel que récemment, au cours de ce siècle, et il n’est apparu dans aucun grand dictionnaire avant la fin de la Seconde Guerre mondiale. En d’autres termes, le concept de solitude en tant qu’état mental est relativement récent.

Lorsque nous lisons la Bible, nous trouvons un point crucial au début : Dieu n’a jamais voulu que les humains vivent seuls. Après que Dieu a créé le monde en sept jours, il est dit que « Dieu vit tout ce qu’il avait fait, et cela était très bon » (Genèse 1.31). Mais il y a une chose que Dieu n’a pas trouvée bonne : « L’Éternel Dieu dit :  » Il n’est pas bon que l’homme soit seul ; je lui ferai une aide semblable à lui. » (Genèse 2.18). Si nous prêtons attention au récit de Genèse 1, nous remarquons que les animaux ont été créés en groupes : « oiseaux » (Genèse 1.19), « poissons » (Genèse 1.21) et « animaux » (Genèse 1.25). Mais l’homme, lui, a été créé seul (Genèse 1.26). Cependant, Dieu n’avait pas prévu que nous vivions ainsi pour toujours. Dieu savait que la solitude n’était pas bonne pour nous, il a donc décidé de créer un compagnon convenable. Ainsi, dans Genèse 2.22, la Bible nous dit que Dieu a créé la femme à partir de la côte de l’homme. Ensuite, Dieu les a bénis et leur a donné un ordre : « Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et l’assujettissez ; » (Genèse 1.27-28, LSG).

Comme vous pouvez le constater, la solitude ne faisait pas partie du plan initial de Dieu pour l’humanité. Nous sommes des êtres sociaux. Nous sommes faits pour communier avec Dieu et avec les autres. Nous sommes nés avec la capacité innée de créer des liens sociaux….ces liens sociaux avec notre Créateur et nos semblables sont essentiels à notre survie.  Mais le péché a perturbé ce plan, et aujourd’hui nous nous sentons seuls et déconnectés de Dieu et des autres.

Ainsi, lorsque nous parlons de solitude, nous devons comprendre qu’elle nous affecte à deux niveaux importants. Tout d’abord, sur le plan spirituel. Le premier niveau de solitude dont les gens font l’expérience est la solitude spirituelle. Comme nous l’avons déjà mentionné, Dieu nous a créés pour une relation avec Lui. Mais malheureusement, de nombreuses personnes vivent éloignées de Dieu et se sentent spirituellement seules. C’est pourquoi, bien qu’ils soient entourés de gens et qu’ils aient tout ce qu’ils veulent, ils se sentent seuls. Ils ne se rendent pas compte que ni l’argent ni les biens ne peuvent combler ce vide dans leur vie. La solitude spirituelle ne peut être comblée que par un lien personnel avec Dieu.

Lorsque vous avez une relation avec Dieu, vous pouvez être physiquement seul mais ne pas vous sentir seul. Prenons le cas de Joseph : il a été vendu comme esclave, séparé de sa famille et de ses amis, emmené dans un endroit inconnu dont il ne parlait pas la langue et ne comprenait pas les coutumes. Bref, il était seul au sens humain du terme. Mais la Bible dit :  » L’Éternel fut avec lui, et la prospérité l’accompagna » (Genèse 39.2, LSG). Même s’il était seul, il ne l’était pas.

De même, Jésus, dans les derniers jours de sa vie terrestre, a été abandonné par ses amis. Comme Joseph, il a été vendu à prix d’or. Presque tous ceux qui l’avaient suivi sont partis. À un moment donné, Jésus a dit : « Voici, l’heure vient, et elle est déjà venue, où vous serez dispersés chacun de son côté, et où vous me laisserez seul ; mais je ne suis pas seul, car le Père est avec moi. » (Jean 16.32, LSG). Quelle dure réalité, n’est-ce pas ? Mais il a aussi dit : « L’heure vient, et elle est déjà venue, où vous serez dispersés chacun de son côté, et où vous me laisserez seul ; mais je ne suis pas seul, car le Père est avec moi. »

Et puis il y a l’apôtre Paul qui, dans un moment de détresse, s’est lui aussi retrouvé seul. Il a dit :  » Dans ma première défense, personne ne m’a assisté, mais tous m’ont abandonné. » (2 Timothée 4.16, LSG). Imaginez ce que ressentait ce champion de la vérité ! Celui qui avait fondé de nombreuses églises, prêché à de nombreuses personnes et enseigné de nombreuses choses. Dans ses heures les plus sombres, il s’est senti seul. Mais il a pu écrire :  » C’est le Seigneur qui m’a assisté et qui m’a fortifié » (2 Timothée 4.17, LSG). Bien que physiquement seul, Paul ne s’est jamais senti seul.

Comme Joseph, Jésus et Paul, vous pouvez vous aussi avoir une relation spéciale avec Dieu. Vous pouvez vivre et marcher chaque jour en sa présence. Si vous avez cette relation avec Dieu, vous apprécierez sa compagnie de telle sorte que, même si vous vous retrouvez seul dans une situation, vous ne vous sentirez jamais seul.

Deuxièmement, la solitude est liée aux relations humaines. Nous l’appelons « solitude relationnelle ». Bien qu’Adam ait eu au départ une relation parfaite avec Dieu, il a tout de même ressenti le besoin d’être accompagné par d’autres êtres humains. Dieu n’a pas ignoré ou minimisé ce besoin. Au contraire, il a créé quelqu’un pour le combler. Dieu sait qu’en tant qu’êtres humains, nous avons besoin de compagnie. La solitude est comme un signal d’alarme : tout comme la faim vous indique que vous avez besoin de nourriture, la solitude vous indique que vous avez besoin de compagnie.

La « solitude relationnelle » ne se guérit que lorsque nous construisons des relations solides avec les autres. Et vous savez quoi ? Il y a un endroit où vous pouvez le faire ! Bien sûr, vous pouvez le faire au sein de votre famille, au travail, à l’école ou dans des groupes de soutien. Mais l’un des meilleurs moyens est l’église.

Permettez-moi d’expliquer quelque chose avant de poursuivre. Lorsque la Bible parle de l’Église, elle ne fait pas référence à un bâtiment, mais à un groupe de croyants qui ont été sauvés par la grâce de Jésus-Christ (1 Pierre 2.9). Ainsi, lorsque nous examinons ce que la Bible dit de l’Église dans le Nouveau Testament, nous constatons qu’il s’agit d’une communauté de chrétiens qui se soucient les uns des autres, s’aiment, s’hébergent, s’accueillent, se servent, s’enseignent, se pardonnent, se soutiennent et s’entraident de bien des manières. Bref, c’est une équipe qui est toujours là les uns pour les autres.

Conclusion

En résumé, Dieu ne veut pas que vous vous sentiez seul. Vous pouvez vous connecter à Lui et aux autres, et ainsi ne jamais vous sentir seul. Lors d’une de nos réunions, une jeune femme qui luttait contre la dépression et l’anxiété depuis des années est entrée. Elle avait très peu d’amis et passait la plupart de son temps seule dans son appartement. Elle sortait peu, uniquement pour aller travailler et se rendre au magasin le plus proche pour acheter des produits de première nécessité. Elle disait que la vie était un labyrinthe insensé et que la solitude était sa compagne de tous les instants.

Mais un jour, par l’intermédiaire d’un collègue, elle a reçu une invitation à assister à l’un de nos cultes. Au début, elle s’est excusée à plusieurs reprises, mais son amie a tellement insisté qu’elle a fini par dire : « Bon, je vais y aller juste une fois pour essayer ». Elle est donc venue à l’église un samedi et a passé presque toute la journée avec nous. Elle a partagé un délicieux déjeuner et, l’après-midi, elle est sortie avec un groupe de membres de l’église pour distribuer de la nourriture aux personnes dans le besoin. Selon elle, cette journée a été particulière. Cela faisait des années qu’elle ne s’était pas sentie aussi bien accueillie quelque part.

La semaine suivante, elle a décidé de revenir. Les jeunes l’ont invitée à une réunion sociale dans l’une de leurs maisons, et elle a accepté. Ce qu’elle a vu l’a surprise : les gens profitaient de la vie de manière saine, sans avoir recours à l’alcool ou à la drogue. Elle n’en revenait pas. Elle s’est sentie acceptée et valorisée. En outre, elle a commencé à recevoir chaque semaine des SMS contenant des versets bibliques inspirants. Un groupe de filles l’a incluse dans leurs prières spéciales. Littéralement, elle n’avait plus le temps de se sentir seule.

Six mois après sa première visite, elle a décidé de se faire baptiser. Avant son baptême, elle a partagé son témoignage et a dit que l’amour qu’elle avait reçu des enfants, des jeunes et des adultes de l’église l’avait aidée à vaincre la solitude. Aujourd’hui, elle est complètement libre, a abandonné ses habitudes de consommation de tabac et d’alcool, mais surtout, elle jouit d’une relation privilégiée avec Dieu et avec les autres.

Alors, jeunes gens, je vous raconte cette histoire pour vous dire qu’il y a beaucoup de gens dans la ville qui se sentent aussi seuls que cette jeune femme avant qu’elle ne rencontre notre église. Ils peuvent être aux prises avec des problèmes tels que la dépression et l’anxiété, mais une amitié sincère peut faire une différence significative dans leur vie.

L’invitation est de chercher ceux qui se sentent seuls, de leur donner un coup de main et de leur montrer l’amour et la joie que vous avez trouvés en Jésus. Vous ne savez pas à quel point vous pouvez avoir un impact sur la vie de quelqu’un.

Êtes-vous prêt à relever ce défi ?

Faisons de notre ville un endroit moins solitaire pour tout le monde. Ensemble, nous pouvons faire la différence !