41 rue Général de Gaulle, St-Denis, La Réunion
+262 262 72 33 33
info@adventiste.re

Le Salut

La Bible m'éclaire sur le Salut

Une harmonie interrompue

Amour. Harmonie. Perfection. Jadis, toute la création chantait la même chanson glorieuse.

Le désaccord a éclaté lorsqu’un être jadis parfait a abusé de sa liberté donnée par Dieu. Satan, « l’accusateur », a choisi l’égocentrisme et la calomnie au lieu de la vérité et l’amour. Satan a prétendu que Dieu n’est pas juste, qu’il est dur et autoritaire, privant les autres de ce qu’ils méritent.

La tromperie de Satan a séduit un tiers des anges célestes, que Dieu a chassés du ciel. Satan a revendiqué sa domination sur la planète lorsqu’il a trompé son premier couple, Adam et Eve, les faisant douter de la fiabilité et l’amour de Dieu. Ce premier péché déforma l’image de Dieu en nous, tordant le monde sur lui-même et menaçant son autodestruction. L’univers attendait la réponse de Dieu face aux accusations de Satan.

La « grande controverse » sur le caractère de Dieu, le bien et le mal, continue de faire rage, mais Jésus, le Fils de Dieu, a répondu à la question principale il y a deux mille ans, quand il est mort pour l’humanité.

Quelle est la force de l’amour de Dieu ? Le sacrifice de Jésus a montré que Dieu est même prêt à payer le coût incalculable de nos péchés. Son sacrifice a dévoilé la véritable horreur qu’est le péché et a confirmé que l’on peut faire confiance en Dieu. Pourquoi la mort de Jésus a t-elle fait une telle différence ? Parce que Jésus a vécu la vie parfaite qu’aucun de nous n’a pu atteindre et il est mort de la mort que nous méritons tous.

Le résultat : Nous pouvons vivre pour Lui, maintenant et pour toujours. Le sacrifice de Jésus nous réconcilie avec un Dieu parfait tout en transformant nos cœurs. Le Saint-Esprit nous fait ressentir notre besoin de Dieu et nous assure que nous sommes sauvés et pardonnés. L’Esprit écrit un nouveau script dans nos cœurs, nous permettant de vivre dans la liberté, le service et la joie. Dieu nous traite comme si nous n’avions jamais péché, jamais douté, jamais suivi notre propre chemin.

Ce même Jésus qui expulsa les démons au cours de Sa vie, déclara la victoire sur les puissances du mal à Sa mort. La résurrection de Jésus garantit que la mort elle-même va mourir. Notre nouvelle vie en Jésus nous libère de la peur de la mort et de la honte de notre passé.

Alors que nous nous connectons à Jésus, le Saint-Esprit apaise nos cœurs et transforme notre regard. Notre vie spirituelle grandit à mesure que nous communiquons avec Dieu, méditant sa Parole, partageant notre foi et louant à travers la musique et le partage.

Satan accuse Dieu d’être indigne de confiance et injuste. Dieu nous a donné la liberté de choisir, et l’histoire humaine démontre le résultat de la rébellion – et la puissance incroyable de l’amour de Dieu pour nous sauver.

L’humanité tout entière est actuellement impliquée dans un vaste conflit entre le Christ et Satan, concernant le caractère de Dieu, sa loi et sa souveraineté sur l´univers. Ce conflit éclata dans le ciel lorsqu’un être créé, doté de la liberté de choisir, devint, par une exaltation de sa personne, Satan, l’ennemi de Dieu, et entraîna dans la révolte une partie des anges. Il introduisit un esprit de rébellion dans ce monde lorsqu’il incita Adam et Ève à pécher. Ce péché humain eut pour conséquence, l’altération de l’image de Dieu dans l’humanité, la perturbation du monde créé et sa destruction lors du déluge universel. Au regard de toute la création, ce monde est devenu le théâtre du conflit universel dont, en fin de compte, le Dieu d´amour sortira réhabilité. Afin de prêter main-forte à son peuple dans ce conflit, le Christ envoie le Saint-Esprit et les anges fidèles pour le guider, le protéger et le soutenir sur le chemin du salut. (Ap 12.4-9 ; Es 14.12-14 ; Ez 28.12-18 ; Gn 3; 2 P 3.6 ; Rm 1.19-32 ; 5.12-21 ; 8.19-22 ; Gn 6-8 ; Hé 1.14 ; 1 Co 4.9)

Dieu a envoyé Jésus, son Fils, pour vivre la vie parfaite que nous ne pouvions pas vivre et mourir de la mort méritée par nos péchés. Lorsque nous acceptons le sacrifice de Jésus, nous revendiquons la vie éternelle.

La vie du Christ, parfaitement soumise à la volonté divine, ses souffrances, sa mort et sa résurrection sont les moyens nécessaires auxquels Dieu a pourvu pour libérer l´homme du péché, en sorte que tous ceux qui, par la foi, acceptent ce rachat, obtiennent la vie éternelle. Dès lors, la création tout entière peut mieux comprendre l’amour saint et infini du Créateur. Cette réconciliation parfaite prouve la justice de la loi de Dieu et la noblesse de son caractère ; en effet, elle condamne notre péché tout en pourvoyant à notre pardon. La mort du Christ a une valeur substitutive et rédemptrice ; elle est propre à réconcilier et à transformer. Sa résurrection proclame le triomphe de Dieu sur les forces du mal et à ceux qui acceptent la réconciliation, elle assure la victoire finale sur le péché et la mort. Elle atteste la seigneurie de Jésus-Christ, devant qui tout genou ploiera dans les cieux et sur la terre. (Jn 3.16 ; Es 53 ; 1 P 2.21,22 ; 1 Co 15.3,4,20-22 ; 2 Co 5.14,15,19-21 ; Rm 1.4 ; 3.25 ; 4.25 ; 8.3,4 ; Ph 2.6-11 ; 1 Jn 2.2 ; 4.10 ; Col 2.15)

Le Saint-Esprit nous révèle notre besoin de Jésus et lorsque nous acceptons la grâce et le salut de Dieu, Il nous restaure. L’Esprit fonde notre foi et nous aide à laisser derrière nous nos vies brisées.

Le Christ n’a pas connu le péché. Pourtant, dans son amour infini, Dieu l’a fait péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu. Sous l’influence du Saint-Esprit, nous prenons conscience de notre besoin, nous reconnaissons notre condition de pécheurs, nous nous repentons de nos transgressions et nous exprimons notre foi en Jésus comme Seigneur et Sauveur, comme substitut et comme exemple. Cette foi par laquelle nous recevons le salut provient du pouvoir divin de la Parole ; c’est un don de la grâce de Dieu. Par le Christ, nous sommes justifiés, adoptés comme fils et filles, et délivrés de la férule du péché. Par l’Esprit, nous naissons de nouveau et sommes sanctifiés ; l’Esprit régénère nos esprits, grave la loi d´amour dans nos cœurs, et nous recevons la puissance nécessaire pour vivre une vie sainte. En demeurant en Lui, nous devenons participants de la nature divine, nous avons l’assurance du salut, maintenant et au jour du jugement. (2 Co 5.17-21 ; Jn 3.16 ; Ga 1.4 ; 3.13,14,26 ; 4.4-7 ; Tt 3.3-7 ; Jn 16.8 ; 1 P 1.23 ; 2.21,22 ; Rm 3.21-26 ; 5.6-10 ; 8.1-4,14-17 ; 10.17 ; 12.2 ; Lc 17.5 ; Mc 9.23,24 ; Ep 2.5-10 ;Col 1.13,14 ; Jn 3.3-8 ; Hé 8.7-12 ; Ez 36.25-27 ; 2 P 1.3,4)

Le salut transforme notre vision du monde. Nous n’avons plus peur de notre passé ou de notre avenir, mais nous adoptons un présent plein d’espoir, d’amour, de passion et de louange avec l’Esprit qui habite en nous.

Par sa mort sur la croix, Jésus a triomphé des forces du mal. Lui, qui a soumis les esprits démoniaques durant son ministère terrestre, a brisé leur pouvoir et a rendu leur ruine définitive certaine. La victoire de Jésus nous rend victorieux sur les forces du mal qui cherchent toujours à nous dominer, alors que nous marchons avec Lui en paix, dans la joie et l’assurance de son amour. Le Saint-Esprit habite maintenant en nous et nous rend plus forts. Engagés en permanence avec Jésus, notre Sauveur et Seigneur, nous sommes libérés du fardeau de nos actions passées. Nous ne vivons plus dans les ténèbres, la peur des pouvoirs maléfiques, l’ignorance et la vanité de notre ancienne manière de vivre. Dans cette nouvelle liberté en Jésus, nous sommes appelés à croître dans la ressemblance de son caractère, alors que nous communions chaque jour avec Lui en prière, en nous nourrissant de sa Parole, en la méditant et en nous confiant dans sa prescience, en chantant ses louanges, en nous rassemblant pour lui rendre un culte et en participant à la mission de l’Église. Alors que nous nous donnons nous-mêmes, dans un service d´amour, à ceux qui sont autour de nous, et en témoignant de son salut, sa présence constante auprès de nous par l´Esprit, transforme chaque moment et chaque tâche en une expérience spirituelle. (Ps 1.1-2 ; 23.4 ; 77.11-12 ; Col 1.13-14 ; 2.6, 14-15 ; Luc 10.17-20 ;Eph 5.19-20 ; 6.12-18 ; 1 Th 5.23 ; 2 P 2.9 ; 3.18 ; 2 Co 3.17,18 ; Ph 3.7-14 ; 1 Th 5.16-18 ; Mt 20.25-28 ; Jn 20.21 ; Ga 5.22-25 ; Rom 8.38-39 ; 1 Jn 4.4 ; Héb 10.25)