41 rue Général de Gaulle, St-Denis, La Réunion
+262 262 72 33 33
info@adventiste.re

Le sabbat remis en honneur

Le sabbat remis en honneur

Dans les chapitres 56 et 58 d’Esaïe, Dieu appelle Israël à une réforme du sabbat. Evoquant le glorieux ralliement des gentils sous sa bannière (Esaïe 58 : 8), le Seigneur associe le succès de son oeuvre de salut à l’observation de son saint sabbat (Esaïe 56 : 1, 2, 6, 7).

Dans cette perspective, il définit clairement quelle devait être la mission particulière de son peuple. Bien que cette mission fût d’ampleur mondiale, elle s’adresse tout spécialement à une classe de personnes qui professent croire en Dieu, mais qui, en fait, ont abandonné ses préceptes (Esaïe 58 : 1, 2). L’Eternel précise le rôle que son peuple devra jouer auprès de ces soi-disant croyants : “Les tiens rebâtiront sur d’anciennes ruines, tu relèveras des fondements antiques ; on t’appellera réparateur des brèches, celui qui restaure les chemins, qui rend le pays habitable. Si tu retiens ton pied pendant le sabbat, pour ne pas faire ta volonté en mon saint jour, si tu fais du sabbat tes délices, pour sanctifier l’Eternel en le glorifiant, et si tu l’honores en ne suivant point tes voies, en ne te livrant pas à tes penchants et à de vains discours, alors tu mettras ton plaisir en l’Eternel, et je te ferai monter sur les hauteurs du pays…” (Esaïe 58 : 12-14).

La mission à laquelle est appelé l’Israël spirituel est comparable à celle confiée à l’Israël selon la chair. Car lorsque le pouvoir de la “petite corne” a opéré le transfert du sabbat au dimanche, une brèche a été ouverte dans la loi de Dieu. De même que le jour sacré — qui avait été foulé aux pieds en Israël — devait jadis être restauré, de même, dans les temps modernes, la divine institution du sabbat doit être remise en honneur et la brèche faite dans le décalogue doit être réparée.1

Cette oeuvre de restauration et cette mise en lumière de la loi sont réalisées grâce à l’annonce du message de l’Evangile éternel mentionné dans Apocalypse 14 : 6-12. La mission de l’Eglise de Dieu à l’époque du retour du Christ (voir le chapitre 12 de ce livre) consiste à proclamer ce message qui doit éveiller l’attention du monde en invitant chaque être humain à se préparer en vue du jugement.

Les termes employés : “Adorez celui qui a fait le ciel, et la terre, et la mer, et les sources d’eaux” (Apocalypse 14 : 7) est une allusion évidente au quatrième commandement de la loi éternelle de Dieu. Cette mention incluse dans cet  avertissement final confirme la volonté expresse du Seigneur de voir son sabbat — qui a été si grandement négligé — remis en honneur avant son second avènement.

La diffusion du message d’Apocalypse 14 : 7 aura pour effet de précipiter le déroulement d’un conflit dans lequel l’humanité entière sera impliquée. Les principaux enjeux de ce conflit seront l’obéissance à la loi de Dieu et l’observation du sabbat hebdomadaire. En vue de ce conflit, chacun doit décider s’il entend respecter les commandements de Dieu ou ceux des hommes. Ce message suscitera un peuple qui gardera les commandements de Dieu et la foi de Jésus. Ceux qui refuseront d’obéir à cet appel divin recevront finalement la marque de la bête (Apocalypse 14 : 9, 12 ; voir le chapitre 12 de ce livre).

S’il veut être en mesure de magnifier la loi divine et d’honorer son saint jour, le peuple de Dieu doit donner l’exemple d’une observation du sabbat conséquente avec sa professsion de foi et inspirée par l’amour.

1. Cf. Ellen WHITE, "La tragédie des siècles", p. 489-492.