41 rue Général de Gaulle, St-Denis, La Réunion
+262 262 72 33 33
info@adventiste.re

Ouverture d’un établissement scolaire Adventiste

Ouverture d’un établissement scolaire Adventiste

Un lycée adventiste, c’est un rêve !

Le dimanche 12 mai 2019, une cinquantaine de personnes se sont rassemblées à l’église Adventiste du Septième Jour du Tampon. Pour la plupart parents de lycéens ou de futurs lycéens, ils sont venus assister à une réunion d’information concernant l’ouverture prochaine du lycée adventiste hors contrat, AdventSchool Philadelphia.

Le célèbre écrivain Napoléon Hill a écrit que « les opportunités apparaissent le plus souvent sous la forme de malchance ou d’échec temporaire. » C’est bien une opportunité que la quinzaine de parents présents le dimanche 12 mai 2019 à l’Église Adventiste du Tampon envisagent sérieusement de saisir. Une opportunité imprégnée de nostalgie.

Les événements prennent une tournure déterminante, lorsqu’en début d’année deux jeunes voient les portes de leur lycée se fermer devant eux. Comme tout adventiste peut le supposer, c’est leur observation du sabbat qui leur vaut un renvoi de leur établissement scolaire.

Malgré les tentatives de négociation entreprises par les parents, puis par les dirigeants de notre fédération d’églises, jusqu’au recteur de l’académie, les parties restèrent inconciliables. Même les prières semblaient ne rien changer à cette difficile réalité. Toutefois, en y regardant de près, il semble aujourd’hui indéniable que Dieu soit en train de répondre aux prières par un ambitieux projet.

Vers une nouvelle forme de scolarité

Après le renvoi de l’établissement scolaire, les parents se tournèrent naturellement vers une autre forme de scolarisation : l’enseignement à domicile. Mais là encore des portes se sont fermées. Éliot et Collette ROBERT en témoignent : « Nous nous sommes tournés d’abord vers le CNED, mais les inscriptions étaient clôturées, une porte s’était fermée ».

Et si là encore l’adversité avait favorisé une démarche ambitieuse. Maryline JENNAH, présidente de l’association portant le projet, raconte : « Ce que les parents souhaitaient au départ c’était de permettre aux enfants rencontrant la même difficulté de continuer, d’une manière ou d’une autre, à suivre les cours, mais aussi de ne pas se sentir isolés ».

En plus de la problématique de l’enseignement, une volonté de rassemblement était née de cet échec et elle prendra une forme légale par la création de l’association Philadelphia. Le rêve était alors ouvertement formulé : « AdventSchool Philadelphia », un établissement scolaire adventiste hors contrat !

La combinaison gagnante

Afin d’assurer un enseignement de qualité dans les conditions les plus proches de l’enseignement traditionnel, l’association Philadelphia a choisi une combinaison pour leur toute nouvelle structure, AdventSchool Philadelphia.

AdventSchool Philadelphia s’appuiera sur les compétences et l’expérience du CNEEL (Centre National d’Enseignement E-Learning). Le CNEEL est un établissement d’enseignement à distance affilié à l’Éducation nationale et qui s’engage à recréer les conditions d’un cours en salle de classe traditionnelle grâce à son logiciel de classe virtuelle. La plateforme propose également de nombreuses fonctionnalités utiles et innovantes pour améliorer l’expérience scolaire de l’élève. Comme les établissements traditionnels, Le CNEEL utilise le logiciel de gestion scolaire PRONOTE.

Par la voie de sa présidente Maryline JENNAH, l’association Philadelphia argumente son choix : « Nous avons choisi de travailler avec le CNEEL pour plusieurs raisons. Tout d’abord, nous ne voulons pas que les parents soient lésés d’un point de vue financier et, grâce au certificat de scolarité délivré par le CNEEL, les familles pourront toujours bénéficier des prestations sociales (CAF, allocation rentrée scolaire…). Et d’autre part parce que le CNEEL est affilié à l’Éducation nationale. »

En parallèle, AdventSchool Philadelphia proposera aux élèves un lieu physique de rassemblement et une équipe d’accompagnement composée de parents d’élèves et d’enseignants adventistes bénévoles. AdventSchool recevra les élèves du lundi au vendredi au Domaine Éphèse à la Plaine des Cafres, comme un clin d’œil au passé de ce site. Secrétaire de l’association, Myriane ROSET affiche sa volonté de « tout mettre en œuvre pour que les élèves réussissent leur scolarité. » « Il n’y aura pas beaucoup d’élèves ce qui nous permettra de bien les accompagner. Dès qu’un élève sera en difficulté, nous déclencherons un dispositif de cours de soutien intensif. Nous visons l’excellence… »

Si la réussite scolaire est au centre des intentions, la notion spirituelle ne sera pas négligée comme le précise Myriane ROSET : « Les cours de Bible seront obligatoires et, le vendredi, nous terminerons nos semaines par un programme spirituel que nous appelons le forum. »

Une attente réelle

Très attentifs à l’évolution de ce projet AdventSchool, Marie Noëlle et François RATENON y croient dur comme fer. Avant même l’entrée de leur fille en seconde, ils ont rencontré des difficultés par rapport au Sabbat. « D’emblée nous avions annoncé au lycée qu’elle ne viendrait pas en cours les samedis. Mais les proviseurs n’ont rien voulu entendre. Nous avons présenté cette requête dans nos prières et grâce à Dieu Laura a pu intégrer une classe où il n’y a pas cours le sabbat. » Pour autant, ils savent pertinemment que la lutte ne fait que commencer, ils voient donc ce projet de Lycée Adventiste comme une réelle opportunité.

« Pour nous, voir un lycée adventiste s’ouvrir c’est un rêve ! Il faut que chacun réalise que “l’étau se resserre” ! De plus en plus nos jeunes vont rencontrer des difficultés. Et s’ils veulent rester fidèles à Dieu, il faut qu’on ait ce lycée Adventiste ! »

Sortir cette opportunité d’une telle difficulté est une prouesse à laquelle Dieu a su nous habituer, même si nous avons tendance à l’oublier. Continuons à prier pour AdventSchool Philadelphia.

Annecy et Mickaël Bonnefond


Ce que dit la loi

Obligation scolaire

L’instruction est obligatoire pour tous les enfants, français et étrangers, à partir de 3 ans (projet de loi « pour une école de confiance » adopté en février 2019) et jusqu’à l’âge de 16 ans révolus. Les parents ont donc l’obligation de donner une instruction à leur enfant. Cependant, ils peuvent choisir le mode de cette instruction (public, privé, à domicile). L’objectif est que l’enfant atteigne la maîtrise du socle commun des connaissances à la fin de la scolarité obligatoire.

Les établissements scolaires privés

Le statut des établissements d’enseignement scolaire privés dépend de leurs liens avec l’État, mais ils sont tous soumis à son contrôle sur les questions relatives aux statuts, aux relations avec l’État, aux financements, aux statistiques.

Les établissements scolaires hors contrat

Les établissements scolaires privés hors contrat sont régis par les articles L.441-1 à L.441-4 du Code de l’Éducation.

Il s’agit d’un établissement qui n’a pas signé d’accord avec l’État. Il n’est pas obligé de suivre les programmes et de respecter les horaires de l’enseignement public. Il peut donc choisir les méthodes pédagogiques de son choix et les rythmes de passage.

Ce type d’établissement ne bénéficie d’aucune aide de l’État, même en ce qui concerne la prise en charge de la rémunération des enseignants.

L’établissement scolaire privé hors contrat doit se déclarer auprès du recteur de l’académie où il s’installe. Le recteur, le maire, le préfet et le procureur de la République peuvent s’opposer à l’ouverture de l’établissement pour des raisons définies par le Code de l’Éducation. S’il n’y a aucune opposition, l’établissement est automatiquement ouvert après un délai de 3 mois à partir de la date de la déclaration.

Concernant l’enseignement, s’il n’est pas obligé de suivre le programme de l’Éducation nationale, il doit, en revanche, permettre aux enfants d’acquérir les connaissances du socle commun de connaissances.

Dans notre cas, AdventSchool Phidelphia a pris le parti de suivre le programme de l’Éducation nationale par le biais de son partenaire le CNEEL.

L’inspection des établissements hors contrat est obligatoirement effectuée dès la première année de leur fonctionnement ; d’autres contrôles peuvent être organisés par la suite, de manière inopinée ou non.

Sources : 
Site Service public : Le site officiel de l’administration française
Site du Ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse

Le CNEEL en vidéo